Agressivité indirecte chez les filles de 5 ans

Agressivité indirecte chez les filles de 5 ans

Vidéo : Agressivité indirecte chez les filles de 5 ans
Vidéo : Agressivité indirecte chez les filles de 5 ans
<iframe width="560" height="440" allowtransparency="true" src="http://monde.ccdmd.qc.ca/video/?id=62811&taille=360" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Agressivité indirecte chez les filles de 5 ans

Vidéo / 2-5 ans, 5-12 ans / Développement social et affectif, Agressivité, Amitié, Comportement prosocial, Habilité sociale, Relation avec les pairs

Les relations interpersonnelles sont un lieu d'apprentissage des habiletés sociales et de la résolution de conflit.

Lors de conflits, il arrive que l'agressivité se manifeste. L'agressivité est un comportement qui est intentionnel et qui a comme objectif de porter atteinte à une autre personne ou à ses possessions (Bee et Boyd, 2008; Bourcier, 2008). Vers l’âge de 4 ans apparait une forme plus complexe d’agressivité : l'agressivité indirecte. Selon Tremblay, Gervais et Petitclerc (2008, p. 4), cette forme « consiste à causer du tort à quelqu’un, en répandant des rumeurs à son sujet ou en essayant de l’humilier, de le rabaisser ou de l’exclure du groupe ».

Les habiletés sociales sont utiles pour entrer en contact avec les autres et pour résoudre les conflits. Comprendre les émotions que les autres vivent et être capable de faire des inférences sont des exemples d'habiletés sociocognitives qui permettent à l'enfant de mieux gérer ses relations interpersonnelles.

Paradoxalement, le développement du langage et des habiletés sociales donne aux enfants une plus grande efficacité dans l’utilisation de ce type d’agressivité. Il semble que les filles y aient davantage recours (Tremblay, Gervais et Petitclerc, 2008).

Cette vidéo comporte quatre parties qui montrent la mise en place d'un conflit et des stratégies utilisées pour le résoudre.

Dans la première partie, les filles font un jeu à l'ordinateur. Mia a le contrôle de la souris. Les autres la soutiennent en l'aidant à trouver les réponses. Vous constaterez dans cette mise en contexte que Béatrice utilise ses habiletés sociales en demandant quatre fois à Mia « quand ce sera son tour » et en exprimant clairement sa déception de ne pas avoir joué à l'ordinateur. Mia s'engage à les laisser jouer ensuite.

Dans la deuxième partie, Béatrice a la télécommande pour le premier tour de jeu. Une minute après le début, Mia se dirige vers Béatrice et lui dit que c'est à son tour. Béatrice ne se préoccupe pas d'elle et poursuit son jeu. Mia fait de nombreuses demandes pour obtenir la télécommande. Béatrice refuse toujours et lui signale « qu'elle ne lui a pas prêté le jeu » (référence à l'ordinateur), alors elle ne le lui prête pas non plus. La première stratégie de résolution de conflit n'ayant pas fonctionné, Mia décide de venir nous voir. Nous lui suggérons de faire une autre tentative pour que les quatre petites trouvent une solution par elles-mêmes. Mia fait donc une nouvelle tentative pour régler le conflit. Daphné intervient en retenant la voiture et en signalant à Béatrice que Mia veut lui parler. L'approche se fait d'abord verbalement. Comme Béatrice refuse de laisser aller la télécommande, Mia utilise l'agression indirecte en lui disant qu'elle parlera de la situation aux autres enfants afin qu'ils ne soient plus amis avec elle. Comme Béatrice semble ne pas se laisser atteindre par les « menaces » de Mia, cette dernière utilise l'agressivité instrumentale en immobilisant la voiture avec son pied. S'ensuit un échange sur la remise de la télécommande. L'auto est libérée. Frédérique, jusque-là en retrait, va chercher la voiture et la remet à Mia. Les trois autres filles se regroupent pour venir me chercher et faire front commun face à Béatrice.

La troisième partie présente une discussion entre les quatre fillettes et un adulte. À tour de rôle, elles exposent leur point de vue. À noter que Frédérique dit avoir demandé clairement à Béatrice la télécommande alors qu'elle n'a pas dit un mot de la séquence. Elles finissent par convenir qu'elles joueront à tour de rôle environ 3 minutes chacune.

Finalement, dans la quatrième partie, nous voyons les fillettes reprendre le jeu. Mia reprend la télécommande. Béatrice souligne que Daphné et Béatrice n'ont pas encore eu l'occasion de « faire un jeu » et que ce sont elles qui devraient avoir la télécommande. Elle propose de faire « ma petite vache ».

Références  

Bee, Helen, et Denise Boyd. Les âges de la vie, 3e éd. Saint-Laurent : ERPI, 2008, 468 p.

Bouchard, Caroline, et Nathalie Fréchette. «Je socialise : le développement socioaffectif de 3 à 5 ans». Dans Le développement global de l’enfant de 0 à 5 ans en contextes éducatifs, Collection Éducation à la petite enfance, sous la dir. de Caroline, Bouchard en collaboration avec Nathalie Fréchette ,pp. 266 à 304. Québec : Les Presses de l’Université du Québec, 2008.

Bourcier, Sylvie. L’agressivité chez l’enfant de 0 à 5 ans, Montréal :Éditions du CHU Sainte-Justine, 2008, 213 p.

Cloutier, Richard, Pierre Gosselin, et Pierre Tap. Psychologie de l’enfant, 2e éd., Saint-Laurent : Gaëtan Morin éditeur-Chenelière éducation, 2005, 559 p.

Tremblay, Richard E. Prévenir la violence dès la petite enfance, Paris, Odile Jacob, 2008, 269 p.

Tremblay, Richard E., Jean Gervais, et Amélie Petitckerc. Prévenir la violence par l’apprentissage à la petite enfance, Montréal : Centre d’excellence pour le développement des jeunes enfants, 2008, 32 p.

Auteur(s): 

Nathalie Fréchette et Paul Morissette

Ayant(s) droit: 

CCDMD

Date de parution ou dernière mise à jour: 

2011-11-21

Mots-clés: