Apprenti lecteur

Apprenti lecteur

Vidéo : Apprenti lecteur
Vidéo : Apprenti lecteur
<iframe width="720" height="440" allowtransparency="true" src="http://monde.ccdmd.qc.ca/video/?id=113795&taille=360" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Apprenti lecteur

Vidéo / 5-12 ans / Apprentissage scolaire, Littéracie, Compréhension de texte, Lecture

C'est en 1re année que les enfants commencent l'apprentissage formel de la lecture, qui renvoie à « l'habileté à identifier des mots par le décodage, par la reconnaissance globale, à lire de façon fluide et à comprendre un texte » (Charron, Bouchard et Bégin, 2011, p. 262). Au préscolaire et au premier cycle du primaire, on retrouve trois catégories de lecteurs : 1) lecteur en émergence; 2) apprenti lecteur; 3) lecteur débutant (Giasson, 2011).

Chez les apprentis lecteurs (1re année), la lecture est mécanique et influencée par les acquisitions du code alphabétique. Giasson (2011) distingue déchiffrage et décodage. Le premier consiste à appliquer telles quelles les correspondances entre les phonèmes et les graphèmes sans donner de signification à ce qui est lu; le déchiffrage est souvent « mécanique » et ne permet pas une lecture fluide (Giasson, 2011). Les enfants déchiffrent les mots, sans vraiment donner un sens à ce qu'ils lisent.

Le décodage, quant à lui, est une tâche cognitive plus complexe, car en plus d'établir les correspondances, il faut donner un sens au mot qui a été lu (Charron, Bouchard et Bégin, 2011; Giasson, 2011; Martinet et Rieben, 2015). Cela implique l'utilisation de fonctions exécutives telles l'attention et la mémoire, et demande beaucoup de ressources cognitives (Giasson, 2011; Martinet et Rieben, 2015).

Les apprentis lecteurs tiennent compte du contexte et des indices visuels présents autour du texte pour décoder les mots, sans toutefois toujours vérifier si leur interprétation est bonne ni se corriger (Foulin et Pacton, 2006; Giasson, 2011). Pour certains enfants, le décodage est si important que la compréhension du texte est difficile, voire impossible (Daviault, 2011; Martinet et Rieben, 2015; Sousa, 2009). Pour plus de détails, consultez le texte théorique : [hyperlien Apprentissage de la lecture chez les enfants de 4 à 7 ans].

Dans cette vidéo, Félix, 6 ans, est un apprenti lecteur; il vient de commencer l'apprentissage formel de la lecture. Félix fait du décodage. Sa lecture est lente et « mécanique », mais il arrive à donner un sens aux mots et aux phrases qu'il a lus, en utilisant notamment les illustrations de la page. Lorsque Félix lit, il applique une des acquisitions du code alphabétique et vérifie si l'on entend le « t » dans le mot « fort ». Toujours dans la lecture de cette phrase, Félix fait du déchiffrage avec le mot « bœuf ». Ce sont des comportements typiques des enfants se situant dans cette catégorie de lecteurs.

Références

Charron, A., Bouchard, C. et Bégin, C. (2011). « Le développement du langage, de la lecture et de l'écriture de 6 à 9 ans ». Dans C. Bouchard et N. Fréchette (dir.), Le développement global de l'enfant de 6 à 12 ans en contextes éducatifs (p. 433-490). Québec, Québec : PUQ.

Daviault, D. (2011). L'émergence et le développement du langage chez l'enfant. Montréal, Québec : Chenelière éducation.

Foulin, J.-N. et Pacton, S. (2006). La connaissance du nom des lettres : précurseur de l'apprentissage du son des lettres. Éducation et francophonie, 34(2), 28-55.

Giasson, J. (2011). La lecture. Apprentissage et difficultés. Saint-Laurent, Québec : Gaëtan Morin éditeur.

Martinet, C. et Rieben, L. (2015). L'apprentissage initial de la lecture et ses difficultés. Dans M. Crahay et M. Dutrévis (dir.), Psychologie des apprentissages scolaires (2e éd., p. 257-294). Louvain-la-Neuve, Belgique : de Boeck supérieur.

Sousa, D. A. (2009). Un cerveau pour apprendre à lire. Saint-Laurent, Québec : Chenelière éducation.

Référence

Charron, A., Bouchard, C. et Bégin, C. (2011). « Le développement du langage, de la lecture et de l'écriture de 6 à 9 ans ». Dans C. Bouchard et N. Fréchette (dir.), Le développement global de l'enfant de 6 à 12 ans en contextes éducatifs (p. 433-490). Québec, Québec : PUQ.

Daviault, D. (2011). L'émergence et le développement du langage chez l'enfant. Montréal, Québec : Chenelière éducation.

Foulin, J.-N. et Pacton, S. (2006). La connaissance du nom des lettres : précurseur de l'apprentissage du son des lettres. Éducation et francophonie, 34(2), 28-55.

Giasson, J. (2011). La lecture. Apprentissage et difficultés. Saint-Laurent, Québec : Gaëtan Morin éditeur.

Martinet, C. et Rieben, L. (2015). L'apprentissage initial de la lecture et ses difficultés. Dans M. Crahay et M. Dutrévis (dir.), Psychologie des apprentissages scolaires (2e éd., p. 257-294). Louvain-la-Neuve, Belgique : de Boeck supérieur.

Sousa, D. A. (2009). Un cerveau pour apprendre à lire. Saint-Laurent, Québec : Chenelière éducation.

Auteur(s): 

Nathalie Fréchette et Paul Morrissette

Ayant(s) droit: 

CCDMD

Date de parution ou dernière mise à jour: 

2018-04-10

Mots-clés: