Période préopératoire selon Piaget

Période préopératoire selon Piaget

Période préopératoire selon Piaget

Texte théorique / 2-5 ans / Développement cognitif, Égocentrisme

Le texte qui suit vise à expliquer la période préopératoire selon la théorie du développement cognitif de Jean Piaget. Il ne se veut pas exhaustif, car il porte sur les seuls aspects illustrés par des vidéos sur ce site. Pour un aperçu complet de la question, nous vous suggérons de consulter les documents en référence.

Entre l’âge de 2 et 6-7 ans, les enfants entrent dans la période préopératoire. Cette période est marquée par le développement de la fonction symbolique, c’est-à-dire la capacité d’avoir des représentations mentales. Une telle évolution cognitive implique que l’intelligence des enfants devient progressivement plus conceptuelle. Il est possible d’observer chez les enfants des comportements ou des conduites symboliques. Une de ces conduites est le jeu symbolique. Dans ce type de jeu, les enfants utilisent les symboles et les transforment au gré de leur imagination (Boyd et Bee, 2017; Piaget et Inhelder, 1980; Papalia et Martorell, 2018). Par exemple, un cube deviendra un rasoir, ou une boite de carton une voiture. Pour plus de détails sur le jeu symbolique et l’évolution du jeu chez l’enfant, voir le texte théorique Évolution du jeu chez l’enfant.

Selon Piaget et Inhelder (1980), l’égocentrisme est une des limites de la pensée préopératoire qui influencera plusieurs des comportements observés durant cette période. On définit l’égocentrisme comme l’incapacité de prendre conscience du point de vue de l’autre (Boyd et Bee, 2017; Bouchard, Fréchette et Gravel, 2008; Piaget et Inhelder, 1980; Papalia et Martorell, 2018). Les enfants sont centrés sur leur propre point de vue et ont de la difficulté à être objectifs. L’égocentrisme peut se manifester dans différentes situations. Voici différents exemples.

Piaget croyait qu’il était possible d’observer de l’égocentrisme dans des situations expérimentales telles que celle de la montagne. Dans cette situation, les enfants sont placés devant une scène en trois dimensions. D’abord, ils doivent choisir, parmi plusieurs illustrations, la scène qu’ils voient. Puis, on leur demande de choisir des illustrations qui montrent comment une personne placée voit la scène si elle est placée à un autre endroit. Les enfants ont de la difficulté avec cette dernière partie, car ils ne comprennent pas que les autres voient les choses différemment d’eux (Boyd et Bee, 2017; Piaget et Inhelder, 1980; Papalia et Martorell, 2018).

Dans la vie de tous les jours, on peut observer des enfants qui semblent parler entre eux, mais une écoute attentive nous montre que les enfants n’échangent pas réellement, chacun étant centré sur son propre discours. Ce comportement s’appelle le monologue collectif; c’est aussi une démonstration de l’égocentrisme (Piaget et Inhelder, 1980).

Même dans leurs jeux quotidiens, les enfants manifestent de l’égocentrisme. Ainsi, dans le jeu de cachette, il est fréquent de voir les enfants choisir une cachette où ils ne voient pas les autres, mais où les autres peuvent les voir. Un peu comme si les enfants croyaient que s’ils ne voient pas les autres, les autres ne peuvent pas les voir.

Références

Boyd, D. et Bee, H. (2017). Les âges de la vie (5e éd.). Montréal, Québec : ERPI.

Bouchard, C., Fréchette, N. et Gravel, F. (2008). Je pense : le développement cognitif de 3 à 5 ans. Dans C. Bouchard (dir.) et N. Fréchette (collab.), Le développement global de l’enfant de 0 à 5 ans en contextes éducatifs. Québec, Québec : Les Presses de l’Université du Québec.

Papalia, D. et Martorell, G. (2018). Psychologie du développement de l’enfant (9e éd.). Montréal, Québec : Chenelière Éducation.

Piaget, J. et Inhelder, B. (1980). La psychologie de l'enfant. Paris, France : PUF.

Auteur(s): 

Nathalie Fréchette, Paul Morissette

Date de parution ou dernière mise à jour: 

2018-08-20

Mots-clés: