Reconnaissance des lettres à 5 ans (1)

Reconnaissance des lettres à 5 ans (1)

Vidéo : Reconnaissance des lettres à 5 ans (1)
Vidéo : Reconnaissance des lettres à 5 ans (1)
<iframe width="720" height="440" allowtransparency="true" src="http://monde.ccdmd.qc.ca/video/?id=113778&taille=360" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Reconnaissance des lettres à 5 ans (1)

Vidéo / 2-5 ans, 5-12 ans / Apprentissage scolaire, Littéracie, Écriture, Lecture

Pour écrire et lire, il faut maitriser le code alphabétique de sa langue. Or, la connaissance des lettres implique celle de leur nom et de leur son, ainsi que la capacité de distinguer entre les majuscules et les minuscules (Charron, Boudreau et Bouchard, 2016; Cormier, 2006). Selon Giasson (2011, p. 74), cette connaissance comprend trois composantes : « réciter la chaine alphabétique, nommer les lettres et les écrire ».

Pour ce qui est de la deuxième composante, Cormier (2006) affirme que la reconnaissance des lettres majuscules est plus aisée que celle des lettres minuscules, et que cette différence s'atténue progressivement avec l'âge.

Lorsqu'ils arrivent à la maternelle, certains enfants sont en mesure d'identifier des lettres (Prévost et Morin, 2015); d'autres sont aussi capables de reconnaitre leur prénom et certains mots avec lesquels ils sont familiers (Cormier, 2006; Morin, 2012; Prévost et Morin, 2011). Mais en fait, on observe des différences importantes entre les enfants sur ce plan (Brodeur, Gosselin, Mercier, Legault et Vanier, 2006). Pour plus de détails, consultez le texte théorique : [hyperlien Apprentissage de la lecture chez les enfants de 4 à 7 ans].

Dans cette vidéo, Henri, 5 ans, doit nommer les lettres qui lui sont présentées. Il affiche trois comportements. Tout d'abord, il dit qu'il y a des lettres qu'il ne reconnait pas du tout, telles « G » et « C ». Par contre, lorsqu'on lui montre la lettre « H », il la reconnait spontanément. Lorsqu'on lui demande pourquoi, il répond que cette lettre est « dans son premier nom ». Il reconnait aussi la lettre « I ». À d'autres moments, Henri tente de nommer certaines lettres qui lui sont présentées, mais il commet des erreurs. C'est le cas pour les lettres « R », qu'il nomme « B », et « E », qu'il nomme « Y ». Il ne nomme pas la lettre « N ».

Toutefois, Henri reconnait toutes les lettres de son prénom. Pour les lettres « E », « N », « R » et « I », il reconnait les formes minuscules, tandis que la lettre « H » est reconnue dans sa forme majuscule. Il arrive à placer les lettres dans le bon ordre pour représenter son nom. Ce comportement est typique des enfants de cet âge.

Références 

Brodeur, M., Gosselin, C., Mercier, J., Legault, F. et Vanier, N. (2006). Prévention des difficultés en lecture : l'effet différencié d'un programme implanté par des enseignantes de maternelle chez leurs élèves. Éducation et francophonie, 34(2), 56-84.

Charron, A., Boudreau, M. et Bouchard, C. (2016). À la découverte du monde de l'oral et de l'écrit. Dans C. Raby et A. Charron (dir.), Intervenir à l'éducation préscolaire. Pour favoriser le développement global de l'enfant (p. 86-99). Anjou, Québec : Éditions CEC.

Cormier, P. (2006). Connaissance du nom des lettres chez les enfants de 4, 5 et 6 ans du Nouveau-Brunswick. Éducation et francophonie, 34(2), 5-26.

Giasson, J. (2011). La lecture. Apprentissage et difficultés. Saint-Laurent, Québec : Gaëtan Morin éditeur.

Morin, M.-F. (2012). S'approprier l'écrit pour se construire. Revue préscolaire, 50(4), 28-31.

Prévost, N. et Morin, M.-F. (2015). Connaître les lettres, est-ce suffisant pour apprendre à écrire des mots? Vivre le primaire, 28(2), 34-36.

Prévost, N. et Morin, M.-F. (2011). Le prénom des enfants : un point de départ incontournable? Québec français (été), 44-45.

Références

Brodeur, M., Gosselin, C., Mercier, J., Legault, F. et Vanier, N. (2006). Prévention des difficultés en lecture : l'effet différencié d'un programme implanté par des enseignantes de maternelle chez leurs élèves. Éducation et francophonie, 34(2), 56-84.

Charron, A., Boudreau, M. et Bouchard, C. (2016). À la découverte du monde de l'oral et de l'écrit. Dans C. Raby et A. Charron (dir.), Intervenir à l'éducation préscolaire. Pour favoriser le développement global de l'enfant (p. 86-99). Anjou, Québec : Éditions CEC.

Cormier, P. (2006). Connaissance du nom des lettres chez les enfants de 4, 5 et 6 ans du Nouveau-Brunswick. Éducation et francophonie, 34(2), 5-26.

Giasson, J. (2011). La lecture. Apprentissage et difficultés. Saint-Laurent, Québec : Gaëtan Morin éditeur.

Morin, M.-F. (2012). S'approprier l'écrit pour se construire. Revue préscolaire, 50(4), 28-31.

Prévost, N. et Morin, M.-F. (2015). Connaître les lettres, est-ce suffisant pour apprendre à écrire des mots? Vivre le primaire, 28(2), 34-36.

Prévost, N. et Morin, M.-F. (2011). Le prénom des enfants : un point de départ incontournable? Québec français (été), 44-45.

Auteur(s): 

Nathalie Fréchette et Paul Morrissette

Ayant(s) droit: 

CCDMD

Date de parution ou dernière mise à jour: 

2018-04-10

Mots-clés: