Réflexes primitifs

Réflexes primitifs

Réflexes primitifs

Texte théorique / 0-2 ans / Développement sensoriel et moteur, Réflexes

Au moment de leur naissance, les nouveau-nés disposent de réflexes, c’est-à-dire de comportements automatiques, non volontaires, en réponse à des stimulations précises. Certains de ces réflexes demeurent présents pendant toute la vie : on les appelle réflexes d’adaptation. D’autres disparaitront progressivement dans les semaines et mois suivant la naissance. On appelle cette dernière catégorie de comportements les réflexes primitifs (Papalia et Martorell, 2018). On peut, pour ne mentionner que quelques exemples, observer à la naissance les réflexes suivants (Papalia et Martorell, 2018) : le réflexe de succion (un comportement de succion déclenché lorsque quelque chose stimule la bouche du nouveau-né), le réflexe de préhension (le nouveau-né ferme automatiquement la main sur ce qui touche sa paume), le réflexe de marche (lorsque la plante des pieds est stimulée par une surface plane, le nouveau-né lève successivement les jambes dans un mouvement qui ressemble à celui de la marche).

Il existe plusieurs explications théoriques quant à la présence, puis à la disparition de ces réflexes primitifs chez les bébés (Bremner, 1994). Certains d’entre eux seraient simplement des vestiges de l’évolution humaine. Par exemple, le réflexe de préhension est présent chez d’autres primates, pour qui il présente un facteur de survie important. D’autres réflexes serviraient à la survie des bébés jusqu’à ce que leur cortex soit suffisamment développé pour assurer un contrôle volontaire du geste (par exemple, le réflexe de succion). Enfin, certains réflexes se seraient développés durant la période fœtale et leur disparition quelques mois après la naissance s’expliquerait par le fait qu’ils ne sont plus sollicités ou appropriés en milieu extra-utérin. En ce sens, Zelazo (cité dans Bremner, 1994) a montré que le réflexe de marche pouvait persister plus longtemps si on le provoquait régulièrement chez les bébés.

Une des raisons de s’intéresser à ces réflexes est qu’ils peuvent donner des indications sur le développement neurologique des bébés (Boyd et Bee, 2017). Leur absence ou leur mauvais fonctionnement à la naissance peuvent indiquer une immaturité du système nerveux. De même, leur persistance après l’âge où ils devraient disparaitre indique aussi que le développement du système nerveux ne se fait pas normalement. Certains tests administrés peu après la naissance (par exemple, l’échelle de Brazelton) incluent d’ailleurs l’évaluation de ces réflexes (Boyd et Bee, 2017).

Références

Boyd, D. et Bee, H. (2017). Les âges de la vie (5e éd.). Montréal, Québec : ERPI.

Bremner, J. G. (1994). Infancy (2e éd.). Oxford, Royaume-Uni : Blackwell Publishers.

Papalia, D. E. et Martorell, G. (2018). Psychologie du développement de l’enfant (9e éd.). Montréal, Québec : Chenelière Éducation.

Auteur(s): 

Nathalie Fréchette, Paul Morissette

Date de parution ou dernière mise à jour: 

2018-08-20

Mots-clés: