Ségrégation sexuelle chez les enfants de 7 et 8 ans

Ségrégation sexuelle chez les enfants de 7 et 8 ans

<iframe width="560" height="440" allowtransparency="true" src="http://monde.ccdmd.qc.ca/video/?id=61495&taille=360" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Ségrégation sexuelle chez les enfants de 7 et 8 ans

Vidéo / 5-12 ans / Développement social et affectif, Relation avec les pairs, Ségrégation sexuelle

Le choix des amis se fait selon plusieurs critères. Dès la période préscolaire, un de ces critères est la similarité entre amis. Les amis ont plus de probabilité de se ressembler quant à la prosociabilité, la timidité, la popularité, la réussite scolaire, etc. (Bukowski, Motzoi et Meyer, 2009) que l’inverse, un phénomène que l’on nomme homophilie. On peut aussi observer des similarités de caractéristiques générales tels l’âge, le niveau socioéconomique ou le genre (Poulin, 2012).

Le genre est un critère particulièrement important. Pendant l’enfance, la majeure partie du temps est occupée par des interactions avec des partenaires du même sexe (Poulin, 2012). On peut même parler de ségrégation sexuelle (voir les vidéos sur notre site à ce sujet). Ce phénomène universel, déjà présent entre 3 et 5 ans, est à son apogée chez les enfants d'âge scolaire (Boyd et Bee, 2017).

Généralement, entre 6 et 12 ans, les garçons et les filles évitent le plus possible d'avoir des contacts entre eux et entretiennent même des stéréotypes négatifs sur le sexe opposé. Il y a cependant des échanges où les membres d’un groupe achalent ou taquinent ceux de l’autre groupe, en prenant à témoin leur propre groupe. Par exemple : courir après les membres de l’autre groupe. Ce sont cependant des épisodes brefs, avant que chaque groupe se remette à fonctionner de façon indépendante (Boyd et Bee, 2017).

Chaque groupe montre des préférences spécifiques pour le type d'activités. Les garçons préfèrent les jeux physiques, où il peut parfois y avoir de la bousculade. En général, les filles évitent ce genre de jeux. Elles préfèrent les activités moins physiques et souvent en dyades.

Les amitiés sont aussi vécues un peu différemment pour les garçons et les filles. Ces dernières accordent plus d’importance à l’empathie et à l’intimité (Poulin, 2012, Rubin, Coplan, Chen, Bowker et McDonald, 2011). Les garçons amis entretiennent plus de concurrence entre eux que ceux qui ne sont pas amis, alors qu’on observe le contraire chez les filles (Boyd et Bee, 2017).

La conséquence de la ségrégation est que les enfants développent les habiletés sociales leur permettant de bien interagir avec les enfants du même sexe qu'eux et développent moins celles du sexe opposé. Ceci peut entrainer des mésententes lors des interactions entre les garçons et les filles. Pour plus d’information sur ce sujet, voir le texte Développement de la socialisation chez les enfants de 3 à 7 ans.

Dans la première partie de la vidéo, on demande à Arnaud, 8 ans, s'il joue avec des filles. Il répond : « Non, simplement parce qu'il n'y en a pas beaucoup qui me parlent... » et il ne sait pas pourquoi. Lorsque nous lui demandons quelles sont les activités des filles de son âge, il répond : « Dans mon projet, elles parlent presque toujours ensemble... elles parlent ensemble, elles niaisent, elles font n'importe quoi. »

Dans la deuxième partie de la vidéo, Chloé, 7 ans, nous parle de ses amis. Elle a quelques amis garçons avec qui elle joue, mais à un jeu bien précis : Scooby Doo (jeu de rôle basé sur une série animée à la télévision). Les autres jeux dont elle parle sont l'école et les Barbie. Elle précise que les garçons ne jouent pas à ces jeux : « Ils n'aiment pas ça. »

Références

Boyd, D. et Bee, H. (2017). Les âges de la vie (5e éd.). Montréal, Québec : ERPI.

Bukowski, W.M., Motzoi, C. et Meyer, F. (2009). Friendship as process, function, and outcome. Dans K.H. Rubin, W.M. Bukowski et B. Laursen (dir.), Handbook of peer interactions, relationships and groups. New York, NY : The Guilford Press.

Poulin, F. (2012). Recherches actuelles sur les relations entre pairs. Dans J.-P. Lemelin, M. Provost, G.M. Tarabulsy, A. Plamondon et C. Dufresne (dir.), Développement social et émotionnel chez l’enfant et l’adolescent, les bases du développement. Québec, Québec : Les Presses de l’Université du Québec.

Rubin, K.H., Coplan, R., Chen, X., Bowker, J. et McDonald, K.L. (2011). Peer relationships in childhood. Dans M.H. Bornstein et M.E. Lamb (dir.), Developmental science: An advanced textbook (6e éd.). New York, NY : Psychology Press.

Auteur(s): 

Nathalie Fréchette et Paul Morissette

Ayant(s) droit: 

CCDMD

Date de parution ou dernière mise à jour: 

2011-11-04

Mots-clés: